Homo Solaris 

Christophe Burgess

 

« Un bouillonnement chaotique, plein de repères, et par moments étrangement ordonné, crépite dans cette effervescence de rythmes peints, où le point d’orgue joue sans cesse et intervient comme un silence bien calculé. »

Antonin Artaud, Le théâtre et son double, 1938

Dans Homo Solaris, le spectateur est invité à plonger dans “la Nef”, point de convergence des réalités. Dans ce lieu onirique, mystérieux et chimérique, séjournent d’étranges entités dont les rites sont régies par des forces supérieures. Accepter d’entrer dans la Nef, c’est accepter sa destinée.